16 novembre 2006

suite

Je vais jouer a son jeu. Je m'assois près d'elle et je la regarde en écarquillant mes yeux verts-marron (un peu couleur vase).
- Pourquoi tu t'es assis ici? La dernière fois tu étais sur le banc.
La petite ouvre ses yeux. Elle me regarde et me sourie.
- Pourquoi tu m'imites? Tu crois que je ne l'aurais pas remarquer?
Elle et ses questions sans queue ni tête.
- Pourquoi tu t'es assis ici? je répète.
- Tu n'as pas répondu à ma question.
- Et toi tu évites soigneusement la mienne.
Je commence à être agacer. Mon côté ado qui surgis du tréfond de mon âme sans doute.
- Pourquoi tu t'énerves? me demande la petite doucement.
Son ton me calme aussitôt. Comment a t elle pu remarquer mon énervement en deux secondes? J'ai l'impression d'être dans la peau de mon père, prit sur le fait. Mon premier réflexe aurait était de me défendre, de dire que j'étais le calme à l'état pur. Mais pas avec la petite. Au lieu de sa, je dit la vérité.
- J'aimerais bien le savoir.
J'ai jamais était sincère avec quelqu'un. Ça fait tout drôle.
- Est ce que tout les gens de ton âge s'énerve?
- Eh bien... Les ados, oui généralement. Ont s'énerve facilement, on en a marre de tout.
- Pourquoi?
- Je sais pas. C'est comme ça.
- Ça, c'est pas une réponse. C'est une réponde d'adulte.
Elle a raison la petite peste. J'ai l'impression d'avoir prit la place d'un prof. Je me creuse les méninges pour trouver une réponse.
- C'est la période ou on se forge ses propres opignons. Donc on est en conflit avec ses parents parce qu'on est pas d'accort avec eux. Ils ne nous laisse pas sortir, ils nous obligent a faire nos devoirs, ils n'aiment pas nos amis. Tu comprends?
- Mais moi je suis pas un de tes parents. Et pourtant tu t'es énerver.
Ça y est. Fallait s'y attendre. J'ai mal à la tête. Toute ses questions qui ne servent à rien me donne le tournis. Je suis qu'en seconde, je conte commençait la philosophie dans 2 ans moi. Et avec un professeur, pas avec une petite fille qui n'a encore rien vécu.
- Tu t'es énerver pourtant, répète la petite.
- Oui je me suis énervé, répondit je avec lassitude. Parce qu'on a trop d'énergie et qu'il faut bien la dépensé en s'énervant un peu.
- Oh je vois.
Ouais, moi aussi je vois. Je suis partie en lui faisant un clin d'oeil et un p'tit coucou de la main, pour ne pas paraître trop "père fouettard". Prendre un cachet d'aspirine. Il y a que ça que je vois.

Posté par passiondureve à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur suite

Nouveau commentaire